La voix de Graine

Une belle journée d’automne. Nouveau week-end de confinement.
Je trouve le confinement moins difficile qu’au printemps. Les squares, parcs et jardins sont restés ouverts. Pour moi, c’est vraiment sympa. Pour ma petite-fille aussi. Ele réclame de venir chez nous souvent. Avec le télétravail, il n’y a plus d’horaires. Elle trouve que sa Maman travaille tout le temps.
Que le marché soit resté ouvert, c’est sympa aussi. Par contre, il y a beaucoup de monde, beaucoup d’attente. La plupart des clients respectent le masque et les distances de sécurité. Est-ce que le masque nous protège? Personnellement, ça me donne cette impression, mais une impression n’est pas une réalité.
Cet après-midi, nous sommes allés commander de nouvelles lunettes pour mon mari. Opticiens ouverts également. Pas mal de ne pas être obligés de reporter ce genre d’achat.
Et ce soir, nous sommes allés chercher notre pizza, enfin, avant de nous installer devant la télé.
Nous sommes beaucoup sortis aujourd’hui. Nous serons plus sages demain. Il va pleuvoir.

La voix de Lilie:

Un samedi de confinement qui ressemble à si méprendre à un samedi classique. Sport le matin, courses l’après-midi pour le repas du dimanche avec nos fils. Sortis à 14h, rentrés à 17. Du monde dans tous les magasins. Application covid activée à chaque sortie. Elle me dira demain si j’ai côtoyé le covid…

Aujourd’hui je n’ai pas écouté les infos. Ça fait un bien fou. Je suis dans la bulle. En même temps, une grande lassitude. Trop de gris, trop de lourdeur de vivre. Je voudrais de la légèreté, du rire, du soleil. Le printemps. De toute façon, confinement ou pas, je déteste ce mois de novembre.

L’an dernier nous rentrions tout juste de 8 jours à Rio et nous étions en train de préparer notre voyage à la Réunion. Quel contraste cette année. Elle avait pourtant si bien commencé. Dans une fête d’amitié, toutes ensemble. Que pourra-t-on bien faire pour le nouvel an ? Un réveillon skipe peut être ? C’est bien triste.

Allez, ça pourrait être pire. Tout le monde va bien. L’année prochaine sera meilleure, touchons du bois..