La voix de Graine

Pas d’éclaircie aujourd’hui. Le ciel est resté gris. Et mon coeur aussi.
Ma palette de verts est restée en l’état sur un coin de la table. Pas assez de lumière. Pas assez d’inspiration. Pas assez d’énergie. La journée s’étire comme un écheveau d’ennui. Je me sens cloporte. Enfermée dans le gris. Au loin le brouhaha du quotidien: l’anniversaire de ma soeur, l’avancement de mes travaux à la campagne, le marteau-piqueur dans la rue, la peur de mon mari à l’approche de son rendez-vous chez le dentiste, le piaillement des oiseaux, l’amélioration des chiffres du Covid, l’arrivée des vaccins tous plus efficaces les uns que les autres. Ma tête est ailleurs. Elle navigue loin, dans des paysages d’enfance, dans des contrées sauvages, dans des jardins secrets, dans des amitiés éternelles. Le quotidien me pèse. Le quotidien et son lot de contraintes.
Pourtant à bien y regarder, notre vie, même confinée, n’est pas si difficile, comparée au merdier que nous allons laisser à nos enfants et petits-enfants.
Comment agir? Comment redresser la barre?

La voix de Lilie:

Action contre la faim est une association qui s’occupe, comme son nom l’indique, de la faim dans le monde. Travail immense, puits sans fond. Et voilà que depuis 2019 elle a ouvert une antenne pour s’occuper de la faim…en France…Elle met son expérience internationale au service de la France. Que penser de ça. Si j’osais, je dirais que c’est à vomir. En 10 ans le nombre de personne ayant besoin d’une aide alimentaire a doublé. Coluche doit se retourner dans sa tombe. Avec le covid, ce sera pire cette année. Notre France. Qu’est elle en train de devenir. Un tiers monde ? Comment faire pour s’entraider ? Pour que ceux dont le travail disparait puisse rebondir ou même juste vivre ?

Oui, ce soir, Barack Obama a parlé. Et je l’ai écouté avec attention (et même plus, forcément, c’est Barack !). Son humanisme, son intelligence et le poste qu’il a occupé n’ont pas permis d’améliorer ses compatriotes ni le cours de l’histoire. Il n’avait pourtant qu’un seul but: aider son prochain. Pas de velléités d’argent ou de pouvoir. Peut-être que nous n’aurons plus un être pareil avant longtemps. Alors, est-ce définitivement perdu ? Est-ce que l’humain est définitivement mauvais ? Pourquoi les êtres bons sont ils écrasés par les mauvais ? Pourquoi les personnes de pouvoir tournent elles leur action vers le toujours plus et l’écrasement des autres ?

Nos croyances sont maintenant tellement étriquées dans leur carcan religieux ou laïc qu’un nouveau prophète serait tout simplement anéanti avant toute action. Surtout si le père, après 3 fils, nous envoie sa fille……

Que nous reste-t-il comme solution pour inverser les valeurs et privilégier les soins, l’entraide et l’éducation ?