Ce matin, en partant faire mon jogging, j’ai croisé Paul, un vieux monsieur, devant le laboratoire d’analyses médicales, un peu agacé, car sur le répondeur, il était dit que le laboratoire était ouvert le samedi matin jusqu’à midi …Ce n’est qu’après l’avoir quitté que j’ai réalisé que nous étions un vendredi, le 8 mai, jour férié de surcroît.
20 mn de temps pris sur le jogging. 20 mn de temps bonus. Un échange gagnant/ gagnant. Un clin d’oeil, une rencontre avec mon papa, dont c’est aujourd’hui la fête, la St Désiré, squeezée par la fête de l’armistice. L’optimisme, le train train quotidien, mais tout de même ce besoin de rencontre, ce besoin de parler. Paul m’a ensoleillée la journée.
Plus loin, devant la Poste, j’ai croisée une dame qui attendait. Cinquante mètres plus loin, j’ai fait demi-tour pour lui dire que la Poste serait fermée aujourd’hui.
Hier, nous avons vu ma nièce. Elle est venue chercher un vélo pour rejoindre son lieu de travail lundi. Nous en avons deux. Au moins un de trop. Quand le confinement est arrivé, elle venait de trouver un travail, dans une agence d’architecture. Son temps de pause aura duré deux mois supplémentaires.
Ma soeur s’est coincé le dos. Les ostéopathes vont être très sollicités ces semaines à venir. Nous sortons tous de ce confinement cabossés et branlants.
Lilie a raison. Gardons trace de cette étape de vie et des objets qui vont avec. Moi, je n’ai pas l’icône sur mon smartphone. J’en suis restée à l’attestation papier, remplie au crayon à papier pour la date et l’heure, mainte fois modifiée et utilisée. A ce jour, je n’ai jamais été contrôlée.

La voix de Lilie:

Aie, quelle prise de tête pour mettre 2 photos ! Ce site me torture. 2h perdues et pas pu faire ce que je voulais.. Mettre 2 photos côte à côte. Pourtant ça doit être simple. Non vraiment je suis trop nulle parfois. J’ai pété un câble, énervée, vénère comme disent les jeunes. En plus j’ai plus ou moins bousillé l’article de Graine. Bref, pas contente !

Sur ce, défouloir sportif, repas, café douceur et petite balade. Les voisins sont tous dans leurs jardins, on discute depuis le trottoir en passant. C’est vrai que ça fait du bien de parler, et puis on prend son temps, on n’ a que ça à faire. Ensuite on rentrera dans notre chez nous, entre nous.

Sur mon téléphone il y a 14 autorisations de sorties. voilà ce que je me suis accordé en 53 jours. 4 courses, 8 balades et 2 tricheries pour aller voir mes petits.

Dans 2 jours, finie l’autorisation, début des sorties sous… comment dire… sous cloche, sur la pointe des pieds… masqués. Si possible sans approcher personne d’autre que ceux en qui on a confiance. Je crois que la seule chose qui va changer sera de circuler sans autorisation et de voir nos proches. A peine un peu plus libres.

Moi non plus, je n’ai jamais été contrôlée.