La voix de Graine

Un dimanche froid et ensoleillé pour partager la galette. Même si on en a déjà mangé une le samedi. En France, la galette, c’est une tradition. Elle se partage en famille, entre amis, entre collègues tout le mois de janvier. Toutes les occasions sont bonnes. C’est une vraie manne pour les boulangers-pâtissiers. Cette année, avec les collègues, il va falloir oublier. Certaines occasions ne vont pas se présenter. Cependant, c’est sûr, ce n’est pas la pandémie qui gagnera face à la galette.
Pour moi, la journée commence à 3 h du matin. Premier réveil du petit-fils qui se rendort assez facilement avec un petit biberon d’eau. 2ème réveil aux environs de 6 h. Vu son état d’éveil et comme j’ai envie de retourner dormir, je n’hésite pas: je lui donne son biberon de lait du matin. Mais pas moyen de le remettre dans son lit. Je m’installe et je m’endors à coté de lui dans le lit de ma petite-fille. 3ème réveil à 8 h 15, ce qui est une heure raisonnable pour un dimanche matin. Il est de bonne humeur. Il a fait sa nuit. Il joue tandis que nous déjeunons au lit, comme nous le faisons habituellement le dimanche.
Des graines se sont vues hier? Eh bien tant mieux. C’est super. Une graine, c’est fait pour germer, pousser, s’aventurer, grandir, vivre, s’épanouir…Les graines n’appartiennent qu’à elles-mêmes. Elles sont libres! Petit pincement au coeur de ne pas en être. Une autre fois. Vous me manquez les graines. Vous me manquez. Nous devons reprendre nos projets. Le chemin de Stevenson – En juin? La publication et/ou l’élargissement du blog? D’autres projets à créer, à construire. Oser avancer, seul ou ensemble. Mais ensemble, c’est tellement plus facile.
Après la journée et la nuit « petit-fils » d’hier, aujourd’hui, c’est journée famille. Nous sommes contents de tous nous retrouver. Mon mari a préparé le plat principal: Osso Buco à la milanaise – hum, délicieux, moi, j’adore. Hier soir, j’avais préparé une soupe. Ce matin, je m’occupe du petit et de presque tout le reste. Faire quelques courses complémentaires dont le pain et la galette. Avec le bébé endormi dans le porte-bébé. Un beau temps d’hiver, sec, clair et lumineux. J’aime cette lumière d’hiver. La galette fait office de gâteau d’anniversaire pour les « un an » de petit-fils. C’est ma petite fille qui a soufflé la bougie. Elle aussi qui est passée sous la table pour attribuer les parts, elle aussi qui a trouvé la fève, sans tricher.
Mon lumbago de fin 2020 ne demande qu’à se réveiller. Je dois être prudente, me remettre au yoga ou à la gymnastique journalière, ralentir le rythme. Les fêtes sont rarement compatibles avec une bonne hygiène de vie. Au 10 janvier, il est temps de se reprendre en main.
Demain devrait être une journée plus cool. Peut-être que je pourrais être au RDV des graines le soir sur Whatsapp? Si je ne rentre pas trop tardivement de mon rendez-avec les polyandicapés des Hauts de Seine! Je croise les doigts.

La voix de Lilie:

Un dimanche ensoleillé et pourtant pas de sortie. Il fait trop froid pour les petits enfants et les enfants profitent des papy mamie pour faire la sieste ! Donc un dimanche en famille. En intérieur. Je joue au sable avec mon petit fils. Il a fait de gros progrès depuis cet été. En temps de concentration et en motricité. Il arrive à faire de beaux patés de sable et il en est très fier. Ensuite un peu de peinture et enfin on joue aux petites voitures. On trace une route et un parking, un stop. Il fait rouler les voitures. C’est la première fois que l’on va aussi loin dans le jeu. L’école depuis septembre l’a fait grandir.

Pour ne pas être en reste de cette tradition de début d’année on goûte d’une galette et un bol de cidre. Papy et mami ont la fève, décidément cette année est spéciale, j’ai rarement la fève et cette année 3 fois sur 4 galettes ! Les petits enfants sont nos roi et reine. Ils sont adrorables avec leur couronne sur la tête. 25 ans en arrière, c’était nos enfants. La roue tourne.

Déjà le week-end s’achève et se profile le lundi matin. Comme toujours il est très tard. Trop tard pour un bon sommeil. Comme toujours je me dis que je dois me coucher plus tôt. Comme toujours…

Allez, au lit. Demain sera un autre jour. Sans covid ? Avec.