La voix de Graine

Un vendredi triste et pluvieux. Pourtant, une journée bien pleine. Après le déjeuner et la mise en route de la journée, je me mets à la peinture. C’est le matin que la lumière est la meilleure. Ce matin, ce n’est pas top. Il pleut. Je mets mon cow-boy en couleurs.
A 10 h 30, c’est la pause café avec petit gâteau ou carré de chocolat.
Quand midi pointe son nez, il faut préparer le repas, aller acheter le pain. Le repas est vite préparé. Ce midi, nous mangeons des restes. Mais de bons restes.
Etendre la lessive, nettoyer les pièces d’eau. Le ménage est terminé pour aujourd’hui.
A 14 h, j’ai un rendez-vous téléphonique avec une enquêtrice de l’Insee. Une heure trente d’enquête. Ça n’en finit pas. L’histoire de vie et le patrimoine des français. Pour que les statistiques aient un sens, il faut bien que certaines personnes répondent. Aujourd’hui, cest moi.
Après ce temps long au téléphone, j’ai besoin de faire une échappée dehors. J’ai une commande à réceptionner faubourg St Antoine. Je fonce, sous la pluie. La pluie est douce et fine. Elle caresse ma peau qui en a bien besoin. Je ne suis pas pressée. Je me balade. Je flâne.
Ce week-end, nous accueillons à nouveau le papa de ma petite fille – mon ex-gendre. Je prépare la chambre, je fais son lit. Et je me connecte. Ce soir, j’ai un atelier d’écriture  » à bâtons rompus ». Nous sommes neuf en ligne, 10 avec l’animatrice. A jongler avec zoom, nous en perdons une. Mon micro ne fonctionne pas. Ras le bol des rencontres virtuelles et numériques, mais c’est tout de même sympa de se retrouver pour écrire. J’écris mal. Je me sens nulle. Sans doute, le manque d’émulation, le manque d’entraînement.
Mon mari a ramené le couscous commandé à côté. La journée se termine. Je suis vannée.

La voix de Lilie:

Une échappée bienvenue ce week-end. Pourtant il pleut. Sur toute la France 🇫🇷, de haut en bas. Une journée sans voir le ciel et à peine le devant de la voiture. Parlons de cette voiture. Louée par internet au nom de mon mari. Seulement il a oublié son permis à la maison. Je propose de la prendre à mon nom. Le loueur sur place ne veut pas, il faut modifier la location internet. Au téléphone le loueur internet ne peut pas car l’heure de début est passée, le système ne permet plus de modifier. Je propose d’annuler et refaire. Impossible sans repayer. Je propose une offre commerciale. Impossible. De faire sur papier, impossible. Je leur parle de satisfaction client, de service. Rien à faire. Le système ne permet pas. Le système, le système. Nous avons lu les conditions, il faut le permis. C’est de notre faute. Oublié le client roi. Aujourd’hui le pauvre client crache son paiement et on lui impose des conditions et un système… Furieux nous allons louer une autre voiture à la concurrence. La semaine prochaine je porterai réclamation et je remplirai le questionnaire de satisfaction qu’on ne manquera pas de m’envoyer….

Heureusement, la journée ne s’arrête pas là, et je vais voir ma nièce qui attend son permier bébé. Voilà du bonheur à venir pour l’an prochain. Heureuse de partager de bons moments avec elle et son compagnon. Puis nous reprenons la route jusque chez ma mère. Il y a 2 mois que je ne l’ai pas vue. Elle est heureuse de nous voir et comme chaque fois nous a préparé un bon repas et quelques petits cadeaux. Je savoure d’être encore l’enfant de quelqu’un. C’est une chance que l’on apprécie à partir d’un âge où être adulte commence sérieusement à peser. Et je sais que ce temps est compté et pas donné à tout le monde.