La voix de Graine

Aujourd’hui, c’est dimanche…
Le rire me manque à moi aussi. Heureusement, avec les petits-enfants, le rire n’est jamais loin. Une chance.
Ce matin, jogging au bois de Vincennes. C’est mou, mais ça fait du bien. Le nombre de tentes a augmenté notablement, me semble-t-il. Les invisibles, ils se devinent ici. Plus loin, les manèges pour les petits. La joie dans leurs yeux.
Surprise, ma fille est avec nous pour le déjeuner.
Le repas terminé, direction les Champs Elysées. Nous partons en RER. Nous rentrons à pieds en descendant l’Avenue des Champs Elysées jusqu’à la place de la Concorde. J’ai toujours aimé descendre les Champs-Elysées. C’est une magnifique avenue, quoique enlaidie par des enseignes de restauration plutôt bas de gamme. Aujourd’hui, nous apprécions. Pour un mois de décembre, il n’y a pas foule. Et les fameuses enseignes sont fermées. Nous traversons ensuite le jardin des Tuileries , puis prenons les quais de Seine jusqu’au port de l’Arsenal et Bastille. Il y a plus de monde sur les quais que sur les Champs-Elysées!
Une fois rentrée, je m’attelle à mon album photos « Randonnées 2020 ». J’ai sélectionné un certain nombre de photos. A présent, il me faut les mettre en page. En fin de compte, je réalise que nous avons beaucoup marché en 2020, sans parler du début d’année sous les tropiques. Drôme, Ardèche, Île de France, Tarn, Vosges, Lozère.

La voix de Lilie:

Il a fait soleil aujourd’hui dans le midi et le fond de l’air est doux. Qu’est-ce que ça fait du bien. Comle aussi le bon petit déjeuner avec un saint genis truffé de pralines comme je les aime. Le temps passe vite, même à ne rien faire. J’essaie de profiter des bons moments du mieux que je peux. Elle fait tout pour nous faire plaisir, toujours quelques attentions et de bons repas. Elle parle beaucoup car elle est seule. Qu’importe. Après le repas, le café, l’après-midi s’étire et il est déjà temps de partir pour la gare. J’ai un pincement au coeur chaque fois que je laisse ma mère dans sa solitude. C’est un déchirement pour moi de savoir qu’elle reste là, à souffrir de sa solitude. Je sais que j’en aurais un jour du regret et pourtant c’est impossible. Je la regardais avec nostalgie hier soir s’endormir sur son fauteuil. Je voudrais qu’elle soit plus souple, moins soupe au lait. Ou seulement qu’ elle ne dise pas toujours à voix haute ce qu’elle pense ! Il faudra que je me souvienne pour éviter de culpabiliser et regretter. Heureusement ma soeur et même mon frère seront là avec moi. Les frères et soeurs lorsqu’ils s’entendent permettent de faire vivre les souvenirs d’enfance, mauvais et bons.

Le temps d’un petit goûter chez ma nièce et nous revoilà dans le train.

Le week-end escapade s’achève, il est temps de rentrer.