La voix de Graine

Aujourd’hui, c’est soleil, et sortie sans autorisation à condition de rentrer pour 20 h! C’est sympa de ne plus avoir à faire d’autorisation. Couvre-feu à 20h, c’est tout de même pas cool. Si nous voulons inviter des amis le soir, nous devons les garder pour la nuit. Assez dissuasif, quoique drôle. Je ne sais même pas si nous pourrons continuer à commander des pizzas en soirée. Je ne vais tout de même pas commander une pizza à 16 h de l’après-midi!
En fin de matinée, j’avais un rendez-vous planifié dans un établissement d’handicapés. J’ai posé ma candidature pour être bénévole. Rapport à mon rhume, par principe de précaution, j’ai fait un test antigénique dans une tente devant une pharmacie du quartier. Négatif. Une fiabilité du résultat de 70%.
Le soleil d’aujourd’hui, dès la mi-journée, m’a fait du bien, m’a redonné de la légèreté. De la lumière, de la douceur, enfin. J’ai marché toute l’après-midi. Les magasins ne m’attiraient pas. Trop de monde. J’ai tout de même craqué pour une brioche bordelaise qui m’a fait de l’oeil à travers une vitrine.
En fin d’après-midi, je suis allée chercher petit-fils à la crèche. Il m’a fait la fête. Il apprécie la brioche. Mon fils était chez lui, malade, un gros rhume avec de la fièvre. Lui aussi fait les tests COVID!

La voix de Lilie:

EEst-ce vraiment un déconfinement ? Il n’y a pas plus d’activité à faire qu’hier ou la semaine dernière. On peut partir en voyage. Pour aller où ? Il n’ y a pas de restaurant, pas de sortie possible après 20h. On ne peut que regarder la tv dans sa chambre d’hôtel le ventre vide. J’exagère, certains hôtels servent le repas en chambre. On dit en room service, ça fait plus chic ! Et puis on peut partir rejoindre sa famille si personne n’est à risque. En tout cas ça ne fait pas le même effet que lors du déconfinement du printemps. Là on pensait être libérés, on pensait avoir gagné la bataille. Ce coup ci nous sommes plus lucides. L’ennemi nous guette toujours sournoisement. Nous savons que le combat continue et que nous ne nous en sortirons pas facilement. Pas seuls non plus. Nous devrons jouer collectif ! La peur de sortir s’installe malgré l’envie. Peur de croiser du monde. En même temps, besoin de voir ailleurs. En sécurité.

J’espère que ça va aller chez toi Graine, un isolement au moment des fêtes serait malvenu… Croisons les doigts.