La voix de Graine

Deux articles pour un même jour! Désolée Lilie. Quand j’ai enregistré mon brouillon, j’ai vu que tu étais en cours sur le tien. J’étais trop fatiguée pour attendre! Tant pis, il y aura deux 16 février!
Tu as vu Lilie, ils sont en train de faire une campagne de candidature pour recruter de nouveaux astronautes. Pour être candidat, il faut avoir moins de 50 ans. Pourquoi cette exclusion des vieux dans une démarche qui se veut inclusive!!!!
En matière de campagne, j’ai apprécié la mienne aujourd’hui. Il faisait beau. 17° cet après-midi. Le printemps. Mon mari est parti courir. Moi, j’ai arraché les mauvaises herbes. J’aime travailler dehors quand il fait beau. Nous avons enfin commandé notre fameuse gazinière. Pour cela, il nous a fallu écumer tous les magasins d’électroménager du quartier. Normalement, elle devrait nous être livrée jeudi après-midi. c’est chouette.
Pour notre premier jour de campagne, nous avons également eu droit à notre maçon tailleur de pierre et à son apprenti compagnon. Le chantier devait être terminé début janvier, mais pas mal de menus travaux restent à effectuer. Et il devra revenir plus tard quand les murs seront secs pour remettre un coup de badigeon.
Nous sommes contents d’être chez nous. Mon mari a récupéré un combiné téléphonique. Et voilà, c’est fini d’être coupés du monde. Nous sommes joignables sur téléphone fixe, et sur internet. Je ne sais pas si ce progrès me comble ou me désole. La communication avec l’extérieur en est simplifiée. Cela permet le télétravail. A contrario, il n’est plus possible de se mettre un temps en retrait du monde, ce que je trouvais très reposant parfois.

La voix de Lilie:

Te revoilà Graine, arrivée dans ta maison. Je me souviens de ces quelques jours passés chez vous en detox numérique ! C’est vrai que c’est agréable de s’isoler du monde. Comme autrefois, lorsque tout ces réseaux n’existaient pas. Il y a à peine 25 ans. Qu’est-ce que 25 ans ? Et pourtant pour ma génération adolescente, 25 ans en arrière c’était les années 50. Et c’était loin, autrefois. Alors 1995 pour les adolescents d’aujourd’hui, ce sont nos années 50… Un monde sans internet, sans smartphone, sans réseaux sociaux. La préhistoire !

Ici aujourd’hui la douceur est revenue et avec elle la grisaille et même la pluie. J’ai beaucoup de réunions et le réseau de l’entreprise fonctionne très mal aujourd’hui. Je suis lasse de travailler. Fatiguée psychiquement aussi. Beaucoup. À 17h30, je saute dans mes habits de Mamie. Petite fille vient dormir. Je pense qu’une habitude vient de s’installer…. En tout cas, ça fait beaucoup de bien de la voir. Elle court partout maintenant, marche de côté, exprime ses besoins avec cœur. Prend garde, si tu comprends trop tard ce qu’elle demande, elle peut même s’énerver et raler très fort ! Elle gazouille aussi quand elle joue, elle danse et surtout elle adore les bras. Je sais que cette période voudrait que l’on évite d’être trop proche, mais comment résister à cette petite frimousse qui vous tend les bras. Un bébé a besoin de calin, de sentir l’amour des siens autour de lui. Que donnerait une génération élevée sans contact, sans amis ? Finalement serait elle pire que celles qui l’ont précédée et qui ont conduit à la situation d’aujourd’hui.

Quelquefois il me semble que le temps d’avant ne reviendra plus. Le pessimisme me gagne. A moins que ce ne soit, hélas, le réalisme. Un reportage ce soir disait que nous avons battu le record d’émission de co2. Je n’ai pas su si ce documentaire était de cette année. Si c’est le cas, c’est à désespérer. Battre ce record une année de confinement mondial, ce serait un comble. D’un autre côté lorsque l’on voit que la planète est exangue mais que l’on jette les masques par terre, brûle des tonnes d’essence dans des sports de loisir, ingurgite des milliards d’animaux par an…. Bah faut s’étonner de rien.

Personnellement