La voix de Lilie:

Voilà une belle journée de printemps. L’hiver est loin d’être terminé mais il nous offre une petite pause. J’en profite pour tailler ma vigne et faire un peu de jardinage. Nous nous payons le luxe d’un apéritif au soleil sur la terrasse. Après le repas nous partons chez ma fille passer un moment avec son chat.

3 télécommandes après, nous arrivons enfin à mettre un film. Avez vous remarqué que toutes les télévisions s’allument de façon différente, avec un jeu de box, télécommandes, av1, hdmi8 ! La chatte profite de notre venue pour prendre l’air. Vers 17h, chemin inverse. Le couvre feu s’approche.

La soirée se déroule tranquillement. Je m’occupe un peu de mon site et je passe mon appel hebdomadaire à ma mère. Blues du dimanche soir, heureusement la semaine sera courte. Je télétravaille 2 jours puis les petits viennent passer 3 jours à la maison. J’ai préparé quelques idées d’activités, et il devrait faire beau. Nous n’avons pas pris de vacances depuis fin décembre. Je commence à fatiguer. Mais où aller. La situation ne s’améliore pas, le confinement reste de mise. Que faire en dehors de la maison ? Du coup, je ne prends pas de congés et la fatigue, le stress du travail se fait sentir.

Le soleil et la température de printemps ont fait sortir les citadins dans les rues. Du monde partout. Les uns sur les autres. Comment et pourquoi interdire aux jeunes de vivre ? C’est plus facile pour nous qui sommes plus âgés de rester reclus. Les plus jeunes ont besoin du groupe, besoin de dépenser leur énergie, besoin de faire la fête. 1 an déjà, trop long pour cette jeunesse. Vivement que les personnes à risque soient toutes vaccinées. Peut-être avant l’été. On y croit…

La voix de Graine:

A la traîne, la graine campagnarde…A plusieurs, le temps redevient étroit, mais quel bien ça fait! C’était hier déjà!
Le matin, on envoie les garçons visiter les caves – une cave – car beaucoup sont fermées, c’est assez loin et notre temps est compté. Le temps est incertain. Il y a beaucoup de vent. Nous avons tout de même prévu pour l’après-midi une balade aux cascades d’Arifat. Nous allons manger à la maison. Le resto, ce serait sympa mais pas encore d’actualité! Les filles, nous préparons le filet mignon avec le reste de gratin de chou-fleur un peu complété. Juste le temps avant de faire trois courses au village, d’aller voir le ruisseau et le pigeonnier. Sur ce dernier point, je reste intraitable. Pour moi, c’est prioritaire.
Il fait frisquet, mais pas de vent pour descendre aux cascades. Elles sont magnifiques parce qu’il a beaucoup plu dans le Tarn ces dernières semaines, comme partout ailleurs en France. Il manque juste le soleil. Mais au moins, on n’a pas trop chaud. Il y a beaucoup de monde ici. Tous sont démasqués. Descente jusqu’à la rivière – le Dadou, puis remontée. Ce n’est pas la Réunion, mais, c’est une préparation! Ma graine en visite cueille des jonquilles. sur les flancs des rochers. Je m’arrête devant le presbytère d’Arifat, maison de campagne dans laquelle j’ai passé mes meilleurs moments de vacances entre 10 et 18 ans, avec ma copine d’enfance, d’autres copines, sa famille. Au retour, nous passons par Réalmont et sa place des couverts (arcades sous les maisons) – vide.


Ce soir, des crêpes au menu. De la bière au miel dans la pâte à crêpes. C’est ma co-équipère de graine qui s’y colle. Crêpes épaisses fourrées au jambon, champignons, gruyère, tomates, avec une salade d’endives et du cidre bien sûr. Après le repas, place au jeu. Ce soir, c’est « Labyrinthe ». Un jeu que j’ai récupéré de mon père. Je n’y avais jamais joué. Ensuite, une partie de boggle, un jeu que m’avait fait découvrir ma cousine. Pas de programme à préparer pour demain, car nos visiteurs partiront dans la matinée. Nous traînons à discuter. Cela fait tellement de bien de se retrouver entre amis comme avant!