La voix de Graine

Ce matin ,je me suis réveillée en forme, bien vivante.
Au menu du jour: Lecture, jogging urbain, houmous & raclette…
Ma journée a commencé par la lecture d’une nouvelle d’André Pieyre de Mandiargues: l’homme du parc Monceau. Un homme qui se faufile la nuit, nu, entre les grilles du parc Monceau, se transforme en roue ou en spirale pour explorer les no man’s land du parc et escalader les statues, s’aplatit pour se glisser sous la porte du tombeau égyptien…Une nouvelle fantastique, entre le passe-muraille de Marcel Aymé et les histoires extraordinaires d’Edgar Poe…Partir du réel et s’évader ailleurs dans l’espace, dans le temps. Tout est possible dans le fantastique.
Qui ne rêverait pas d’avoir cette élasticité, cette souplesse, pour passer entre les mailles de l’espace et du temps?
Pour moi, ce confinement, ce point d’arrêt contraint avec sorties masquées et dûment motivées a aussi des avantages. Il me permet de prendre le temps, de me poser, de me centrer, de me concentrer sur des activités essentielles. Il m’invite à être attentive à tous ces petits riens invisibles dans nos vies surbookées. Un regard partagé, un sourire, un échange dans une journée vide, c’est une perle rare!
Bien sûr, il ne faudrait pas que cela dure trop longtemps. La famille et les copines me manquent. La nature me manque.
Nous avons passé le dimanche avec les filles, mon fils et mon petit fils à l’écran.
Demain commence une nouvelle semaine de confinement.

La voix de Lilie:

Un dimanche de novembre à la maison. Temps de circonstance, gris, un peu plus doux qu’hier. C’est étrange, quand il fait soleil, il fait très froid et quand il fait gris, il fait plus chaud. Ok, les nuages conservent la chaleur. Mais la chaleur de notre terre, sûrement pas celle du soleil puisqu’elle n’arrive pas jusqu’à nous, en cette saison tout au moins. La logique météo n’est pas la mienne. Je croyais que le soleil chauffait la terre, mais plus on s’approche de lui, plus il fait froid… Moins 30 au sommet des montagnes, moins 50 en vol d’avion. A l’occasion je me prendrai un peu de temps pour un cours météo !

Voilà mes pensées du soir après un dimanche jogging, repas, grand ménage et télé. Pas bien brillantes j’avoue… Je crois qu’elles confinent. Il est temps de quitter ce dimanche pour passer à la prochaine semaine. Un de plus de faire, une de moins à faire. Un verre à moitié ?