La voix de Graine

55 jours de vie au ralenti – La durée du 1er confinement.
Qui de nous aurait imaginé, le 11 mai, que nous serions à nouveau confinés moins de 6 mois plus tard? En théorie, nous sommes déconfinés aujourd’hui, depuis le 15 décembre. Les murs de nos prisons se sont élargis. Nous pouvons sortir. Il y a du monde dehors, mais, rien à faire d’autre que marcher et faire du shopping.
J’ai reçu le colispays de fruits de la Réunion que j’avais commandé il y a une dizaine de jours. Litchis, ananas, fruits de la passion. Les fruits, c’est du soleil. Ils sont les bienvenus. Nous allons les manger à Noël avec les enfants et petits-enfants.
Comme prévu, journée de courses aujourd’hui. Je n’ai pas pu faire ma séance de yoga comme je le souhaitais. C’est la pause de Noël, la trêve. Les cours n’ont pas lieu. J’aurais, bien sûr, pu trouver une séance sur youtube, mais, je ne l’ai pas fait. Par contre, j’ai appelé mes soeurs. La plus jeune de mes soeurs a ses enfants pour Noël. Port de masque pendant trois jours pour être sûr!
Ce soir, Gérard Philippe dans « Fanfan la Tulipe ». Un film de cape et d’épée. Le beau Gérard Philippe. Une magnifique carrière en si peu d’années. Ces acteurs brillants qui meurent jeunes laissent derrière eux une aura de beauté et de poésie.

La voix de Lilie:

55ème jour. Cette fois ci ce journal va continuer. Est il légitime ? Sommes nous véritablement confinés ? Le premier confinement a joué franc jeu. Tous confinés chez soi, puis déconfinement avec totale liberté retrouvée et gestes barrières. Le 2ème confinement, louvoie. Confinés en travaillant, en faisant les courses, un peu de couvre feu, un peu de lest sans vraiment déconfiner. Ou alors serait-ce notre nouveau mode de vie ? Travailler, consommer, dormir. Finies la vie sociale et la culture. Pourras-t-on survivre ainsi longtemps ? Le partage manque, les distractions aussi.

Aujourd’hui le temps est maussade. Nous allons faire un tour en Ardèche, beaucoup de brume voiles blancs au fond des vallons dans les collines. Nous visitons quelques villages,manteau, parapluie, masque sur le nez, buée sur les lunettes…

Dans cette période si lourde à porter, je m’offre ce soir avec mon mari, une bulle de douceur dans une chambre d’hôte avec jacuzzi et un bon repas. Presque comme un restaurant, en tête à tête. Quelle détente, parenthèse de bien-être. Oublier un temps la noirceur du moment et le brouillard dehors et dans nos vies. Une possibilité encore permise.