La voix de Graine

Dernier samedi de janvier, froid et pluvieux. Journée maison aujourd’hui, à l’exception du marché de ce matin.
Contrairement à ce qui était prévu jusqu’à hier soir, nous ne gardons pas les petits pour dormir cette nuit. Ce sera la semaine prochaine.
Ce midi, nous déjeunons en famille, avec fils et petit-fils. Ma petite fille nous rejoint en début d’après-midi. Une grande sieste de plus de 2 h pour petit fils et moi pendant que mon mari joue avec la petite, et que mon fils dort sur le canapé. Le temps coule doucement. L’après-midi se termine par un jeu de 7 familles en attendant ma fille qui vient chercher la petite. Elle a pu profiter de son après-midi pour sortir et voir ses amis. Nous récupérons le chien en échange de la petite.
Demain, nous n’aurons personne…C’était l’occasion de recevoir les Graines, au moins toi Lilie…mais nous avons un rendez-vous pour visiter une maison à 16 h! Avec le couvre-feu et le mauvais temps, nos journées sont courtes, beaucoup trop courtes. Difficile d’organiser ce temps qui s’échappe. Pareil, la semaine prochaine, les rendez-vous se déplacent. Ajuster, décaler, s’adapter…rester cool. Les jours rallongent, le printemps va revenir, et avec lui, le soleil, nos sorties et nos rires.

La voix de Lilie:

Ce week-end pas d’enfant, pas de petits enfants. L’occasion de s’occuper des petites choses qui trainent et que l’on reporte de mois en mois. Dans chaque pièce de la maison il y a un petit quelque chose qui attend. Je le vois quand j’y rentre, je l’oublie quand j’en sors. Aujourd’hui je me pose, et je fais. Par exemple: reprogrammer les horaires du radiateur de la salle de bain. Le télétravail a modifié nos horaires de douches. Je clos les comptes de la copropriété et j’initie ceux de l’année. C’est l’action la plus pénible de l’année. Une fois fait, je suis dégagée d’un poids. J’aurais tout mon temps quand les enfants reviendront.

L’après-midi, mon mari fait un feu dans le poêle. Après midi cocooning. J’aime voir les flammes danser dans le foyer. Lovée dans le fauteuil, mon chat sur les genoux, ma fille au téléphone. Je finis l’après-midi en m’amusant avec mon nouveau site où j’essaie des mises en forme.

Je n’ai même pas eu envie de sortir aujourd’hui. Je crois que je m’endors.