La voix de Lilie:

La plupart des français sont occupés à préparer le réveillon de Noël. Ce qui donne des villes désertes, en dehors des magasins pris d’assaut, et des routes vides. Nous en profitons pour partir dans le Vercors passer 4 jours loin de tout ce brouhaha. La route est belle, avec quelques cascades magnifiques et bondissantes en cette saison. Il n’y a pas encore de neige, peut-être demain. La petit ville de Lans en Vercors est morte. Pas d’animation à cause du covid, quelques lumières pour égayer un peu. Le petit hôtel de l’arc est bien sympatique. L’accueil aussi. Tout l’après-midi des clients viennent chercher des repas ou des plats pour ce soir. Cela permet aux hôteliers restaurateur de survivre. Pour nous ce sera un repas en chambre. C’est la règle. Et pareil pour le petit déjeuner. Qui n’a pas rêvé d’un room service ? Maintenant c’est une obligation. Pour notre seule soirée sans couvre feu, il pleut et nous ne pouvons pas sortir. Pas de bol. Il ne reste que la télé et la lecture. Il est impossible de trouver une émission qui n’évoque pas la période de Noël. Impossible de s’extraire de cette coutume lorsqu’on n’y participe pas. Deux mois depuis le début des publicités, un mois de cadeaux, menus, décorations, 10 jours de film, reportages. Vivement samedi, que le temps reprenne son cours normal, avec ses sujets de prédilection covid et confinement ! La bonne blague !

Demain la neige est attendue, il y a longtemps que je ne l’ai pas sentie crisser sous mes pieds. Le temps passe vite, je ne me souviens plus si on a eu de la neige à Paris l’an dernier…

La voix de Graine

Comme je comprends, Lilie, ton agacement. Noël. A compter de mi-novembre, difficile d’échapper à ce leitmotiv. Tout tourne autour. La télé, la déco, le shopping…Il ne faut pas être dupe. C’est avant tout une gigantesque opération commerciale. A côté de ça, heureusement, c’est une occasion de se retrouver en famille, autour des petits, de faire un repas festif, d’échanger de menus présents.
Pour le réveillon, nous avions fille et petite-fille. Repas simple. Mais en essayant de sortir de l’ordinaire. Ce qui veut dire pour nous plus de cuisine qu’habituellement. En théorie, préparation tous ensemble. Dans les faits; nous faisons beaucoup et les filles un petit peu. Un essai de bûche pas forcément concluant. A 19 h 30, nous sommes allés prendre l’air à Bastille. Nous sommes remontés du Port de l’Arsenal jusqu’à la Seine. Il n’y avait personne. Le temps s’est beaucoup rafraîchi. J’avais froid. Nous avons couru sur les quais. Puis nous sommes rentrés pour boire le champagne et festoyer un peu.
Fille et petite petite fille sont restées dormir à la maison. C’est plus simple pour le Père Noël. Pour Noël, j’aime bien avoir mes enfants à la maison.
Demain, nous essaierons d’attendre fils et petit-fils pour ouvrir nos paquets. Pour petite-fille, il y aura certainement dérogation.
Ce matin, enfin, je veux dire, le matin du 24 décembre, j’ai passé 2 h à confectionner une carte pour ma soeur aînée. Une manière de lui exprimer de l’affection sans acheter. La carte arrivera après Noël. Ce n’est pas grave. L’affection peut s’exprimer tous les jours de l’année.
Je te souhaite la neige, Lilie. Construis-nous un beau bonhomme de neige et envoie-nous la photo. Fille et petite-fille partent dans le Massif-Central samedi. Elles rêvent de neige elles aussi. Attention aux loups et aux fantômes loups. Il pourrait y en avoir à la montagne.