La voix de Graine

Lundi: Froid, venteux, mais ensoleillé; une envie de dehors…
Ma journée de lundi s’annonçait besogneuse et ennuyeuse. Suite à un changement de programme, aucune sortie prévue! Et un confinement qui se profile. J’appelle ma copine que j’aurais dû voir vendredi. Super, elle est dispo. Ma journée se colore. Ce midi, ce sera un curry au poulet.
Et au programme, papotage, partage de nos œuvres. Elle écrit et elle réalise de très beaux collages. Puis balade bien sûr pour profiter de la lumière et du dehors. C’est elle qui prend des photos cette fois-ci. Elle connaît très bien le quartier. Tout de même, elle ne connaît pas tout. Nous bavardons avec un artisan qui travaille dehors dans une cour d’immeuble pavée. Il nous invite à revenir au printemps. Il nous offrira une rose à chacune! Le plaisir de flâner, d’échanger. Ce qui me fait peur dans ce Covid, c’est ce retrécissement de nos relations sociales. A force de vivre à l’étroit, l’étroitesse d’esprit ne nous guette-t’elle pas? Ce week-end, du 21 au 24 janvier, des manifestations étaient organisées dans le cadre des nuits de la lecture. Chic, m’étais-je dit, enfin quelque chose qui sort de l’ordinaire. Et puis le ronron planplan du week-end. Des journées courtes à voir peu de monde. J’ai zappé. J’ai enragé d’avoir laissé passer une occasion de sortir de mon train-train…Dans la foulée, je me suis inscrite pour recevoir les informations du Ministère de la Culture sur les manifestations et évènements à venir. Comme tu dis Lilie, je m’endors. Et ça me fait peur, plus encore que la maladie.
Ce soir, les graines sur whatsapp, 4 sur 6, c’est aussi un bon remède contre la mélancolie, contre l’endormissement.

La voix de Lilie:

Un lundi bien chargé. Le télétravail bien sûr, puis entre midi et deux, mon cours wordpress que le formateur avait déplacé du samedi, puis retour télétravail avec des réunions qui s’éternisent jusqu’à 18h30. Ouf. Je suis vidée. Je descends de mon perchoir, et hop, les Graines appellent. Je suis contente, leur bonne humeur me fait tellement de bien. Elles sont plus libres que moi et parlent de leurs activités, des quelques sorties qu’elles se sont permises. Je m’envole d’un artisan qui répare des statues à un temple Tamoul, d’une photo à une piscine, d’une île à Nice, d’un quartier de Paris à un vol en hélicoptère. Que c’est bon de voyager par elles et de les entendre rire. Il paraît que rire 10mn par jour est bon pour la santé et que la moyenne est de 1mn par jour. Je ne ris plus. Pas d’occasions. Ce soir, j’ai pris la dose de la semaine !

Quelle journée. J’ai croisé le soleil, le ciel et l’air frais ce midi en allant et revenant du cours. Belle performance !