La voix de Graine

La douceur est revenue aujourd’hui. Douceur que je découvre en allant chercher mon pain ce matin. Une petite balade bien agréable avant de me mettre au travail à l’intérieur. Déjà jeudi! Les semaines défilent à grande vitesse.
Bon anniversaire à ta petite-fille, Lilie. Un premier jalon sur le chemin de la vie. Tu as raison: il ne faut rien rater. C’est précieux. Cela passe tellement vite.
Ce matin, je termine mon album photo sur nos balades et randonnées 2020. 86 pages. Plus facile et agréable de feuilleter un album que de chercher des photos sur l’ordi. Et ça m’a obligé à faire un choix. Une émission sur la vieillesse sur France-Inter. Laure Adler – auteure de « La voyageuse de nuit ». La vieillesse, l’âge où on s’autorise – enfin – à vivre comme on veut! Mais pourquoi attendre la vieillesse? Thérèse Clerc a créé en 2013 à Montreuil la « maison des Babayagas », la non maison de retraite. Des femmes âgées de plus de 60 ans qui s’organisent pour vivre ensemble, organiser des activités. Une université également: UNISAVIE. Je vais aller voir à quoi ça ressemble.
Cet après-midi, je m’attelle aux tâches administratives. La tutelle de mon frère, le suivi de ses comptes, les documents à compléter, à renvoyer. Ce n’est pas compliqué. Mais c’est s’occuper d’une autre personne que soi, d’une personne dépendante qui n’est pas en mesure de vérifier. Juste du stress, la peur de commettre une erreur, un oubli. Mon frère s’est fait vacciner mardi dernier pour le Covid. Une bonne chose de faite.
A 16 h, pour faire la pause, je descends avec mon mari – merci le télétravail – vérifier mon vélo. Les pneus dégonflés – un voisin nous descend sa pompe, la roue à redresser, la dynamo à refixer, des boulons à revisser, la selle à repositionner – le gardien amène sa caisse à outils. Une pause joyeuse et solidaire. Mon vélo est remis en état. Merci mon mari, merci les voisins, merci le gardien.
En fin de journée, pendant que mon mari suit sa conférence, je prépare le repas pour ce soir et demain midi. La radio est en sourdine. La vaccination qui cafouille, le mécontentement et la rébellion des français face à un éventuel reconfinement…Il est où le bout du tunnel?

La voix de Lilie:

Il n’y a pas grand chose à dire de cette journée…. D’une banalité à mourir. Je ne suis même pas sortie 1mn. Le télétravail a mangé la moitié du temps, une copine m’a fait bon pour un papotage. J’ai travaillé un peu sur mon nouveau site, bidouillé dans les fichiers. Je n’ai échangé avec personne en dehors de mes réunions de travail. J’ai quand même pris le temps de commander quelques livres avant d’être en panne de lecture.

Doucement la morosité me gagne. Je rêve d’inattendu.
Est-ce seulement la période difficile que nous vivons tous ou est-ce plus profond ? Le gris du ciel a étendu son voile sur moi. Je suis empêtrée dans la brume de l’hiver. Que se passe-t-il à l’extérieur ? Où est le soleil ? Loin.

Bientôt se profile le confinement total, qu’est-ce que ça va changer finalement ? Pas grand chose. Nous ne partons plus en congés ni en week-end, il n’y a plus de distractions, plus de rencontres ou si peu. Depuis un an, l’isolement s’est installé insidieusement et a fini par l’emporter. Le nouvel ordre s’installe. Chacun chez soi avec le monde à portée de clic. La vie virtuelle. Il ne reste plus qu’à acheter un casque de réalité augmentée et le tour sera joué. Le monde extérieur, tous les voyages, les musées sans bouger de son canapé. Et sans voir un être humain.

3millions de cas, 1 million de vaccinés. Moins d’une personne sur 10 est immunisée aujourd’hui. On peut dire aussi qu’en un an, plus de 9 personnes sur 10 n’ont pas eu le covid ou en tout cas ne l’ont pas déclaré. On est pas si mauvais que ça finalement !