Nouveau dimanche de confinement dans la continuité des habitudes prises ces dernières semaines. C’est drôle de voir à quelle vitesse nous nous construisons des nouveaux rituels. A 12 h 30, apéro skype avec les soeurs et vers 16 h, skype avec les enfants et petits enfants. Entre les deux, la cuisine, le repas , le sport.
Le temps est gris. Grisouillou dans la tête aussi.
La librairie d’à côté annonce sa reprise le 12 mai. J’ai quasiment terminé mon album sur la Réunion.
Je n’ai pas regardé l’écran de télévision du week-end. Pas utile de faire rentrer davantage de gris dans l’appartement. Que va-t’il se passer le 11 mai? Ce n’est pas d’entendre les uns et les autres déblatérer sur le sujet qui va faire progresser les choses. Paris est dans le rouge. L’Ile de France est dans le rouge. Et le temps est gris.

La voix de Lilie:

Fin de cet avant dernier week-end de confinement. Les français se relachent de plus en plus. La privation de sortie, la privation des proches, la privation de distractions commencent à peser bien lourd. Le cheval sent l’écurie ! Comme ces milliers de gens, je n’ai fait que de l’interdit ce dimanche. De l’interdit sécurisé, de l’interdit malgré tout…. Passer la journée avec enfants et petits enfants et finir par une cueillette de muguet dans la forêt. Qui aurait pu imaginer il y a seulement 2 mois que ces activités tellement banales, tellement anodines, puissent être interdites. Pourtant peu de risque puisque toute la famille confine bien et pas de malade. Dans la forêt, peu de transgresseurs, on croise de très loin. Et si c’était ça le déconfinement intelligent ? Déconfiner avec ses proches que l’on sait avoir respecté ?

Je rêve de pouvoir prendre la voiture pour rouler droit devant. Regarder le paysage défiler sur les petites routes de campagne ou même dans Paris. Sans sortir de la voiture, juste pour voir autre chose que mon quartier. Encore 8 jours à tenir. J’espère.