La voix de Graine

Une journée d’hiver froide et humide avec des manifestations contre l’article 24 de la loi sur la sécurité globale. A Paris, la manifestation partait de la Porte des Lilas et se dirigeait vers République. Des rues bloquées dès le début de l’après-midi. Le bazar, pour ne pas dire le bordel. Des heurts, du vandalisme. Classique depuis quelques années dans les manifestations. De la violence. Les manifestants eux-mêmes, des groupuscules hors de contrôle, difficile de savoir?
Pour moi, ce samedi a été centré sur mon petit bonhomme: Aller s’en occuper chez lui, le ramener à la maison, jouer, manger, sortir, dormir…11 mois depuis hier. Il ne marche pas, mais à quatre pattes, il est rapide. Il ne faut pas le lâcher des yeux.
Il est gourmand, il veut goûter à tout ce que l’on mange. Curieux, il s’intéresse à tout ce qu’on fait, veut prendre ce qu’on a dans la main. Il adore la cuisine. Il sait que c’est là que la nourriture se fabrique. Et dans la cuisine, il y a la machine à laver. Plein de boutons, un gros hublot…Il est fasciné. Un petit bonhomme qui découvre le monde et qui s’en émerveille. J’aime ses éclats de rire quand on joue avec lui, ses mains qui applaudissent quand il entend de la musique…
Notre première rage de dents en début de nuit, un petit bébé à calmer. C’est ça aussi les petits.
A 17 h, lorsque nous sommes sortis avec notre petit fils dans le quartier, il y avait des queues démesurées devant les magasins. Malgré le froid, malgré la bruine. Les offres du black friday ou la nécéssité d’acheter? Ce matin également, devant les bureaux de poste, de longues files d’attente.
A certains signes, un martien qui débarquerait sur terre pourrait s’imaginer qu’on est en guerre!

La voix de Lilie:


Pour la première fois l’article est verrouillée par Graine. L’une en retard, l’autre en avance, l’une avec l’autre. J’attends mon tour en vérifiant les spams et en ajoutant les url malvenues à la liste des indésirables.

Samedi, c’est jour de courses pour tous ceux qui travaillent et aussi tous ceux qui n’ont pas vu la semaine passer et se retrouvent malgré eux dans la foule. Il fait si gris, si froid que la décision de sortir est difficile à prendre. Pas de sport aujourd’hui pour consolider le bénéfice de l’ostéopathie. Alors il semble qu’il fasse plus froid, qu’il fasse moins d’énergie, qu’il fasse plus, pitié je reste dedans. Courses tout de même, car demain mon fils revient déjeuner avec sa femme. Et après cette épreuve courses rondement menée, petit feu dans le poêle et inauguration du gaufrier pour le goûter. Quel plaisir.

Pas d’informations aujourd’hui. Le monde tourne sans moi. Trop de manifestations, de heurts, de misère, de souffrances, de maladie. Je suis en pause. Parce que la question est, Comment inverser la tendance ? Et je n’ai pas le début d’une réponse. Que faire ?

Alors, pause.

Les Graines envoient des messages de fêtes, de rire, d’amitié. Voilà ce qui fait du bien.