La voix de Graine

Ce matin, pour changer, il pleut. Mon mari part courir. Pas question pour moi d’aller courir sous la pluie. De toute manière, j’ai rendez-vous avec ma coiffeuse.
Ce midi, petit repas de famille avec fille et petite fille. Petite fille qui se transforme en fantôme loup possessif dès qu’elle est à la maison. Elle s’accroche à nos basques, réclame des câlins, se met à parler bébé.
Cet après-midi, visite d’une maison à proximité de Paris. Pas de quoi rêver.
Au retour, le téléphone. Conversation avec ma soeur. Echange de nouvelles sur les uns et les autres.
Un thé chaud, des fruits et des petits gâteaux. Fin d’après-midi cocooning en regardant le ciel gris. Un dimanche qui fuit sous la pluie.
Je me sens devenir marmotte. J’hiberne. Est-ce que je vais être capable de me réveiller quand les beaux jours vont arriver?

La voix de Lilie:

Journée famille aujourd’hui. A midi, ma cousine vient déjeuner avec nous. Ma mère a cuisiné un bon repas, ma cousine a fait un flan maison pour le dessert. J’adore le flan maison. Après le repas, On sort de vieux livres dont les titres nous font rire, à défaut de pleurer. Le ménage – manuel pour jeunes filles – écrit en 1904. Morale d’économie politique, pour cours complémentaire, écrit aussi en 1904. On n’imagine pas ce genre de titre aujourd’hui ! Ni l’un ni l’autre, heureusement pour nous les filles. Ensuite on regarde les très vieilles photos de famille. Certaines ont plus de 120 ans. Couleur jaune caractéristique de cette époque. Il y a aussi 2 lettres de petites filles qui le 31 décembre 1899 écrivaient à leur grand mère pour lui souhaiter la bonne année. A la plume, encre violette. Tournures de phrases charmantes et incroyables pour leur âge, vocabulaire choisi, vouvoiement. On imagine ces petites filles d’autrefois, la langue sortie, s’appliquant à écrire cette lettre. La plus petite fait quelques pâtés, la plus grande, écriture parfaite. La grand mère de 2020 envie presque celle de 1900 d’avoir reçu deux aussi belles lettres ! J’ai au doigt depuis mes 20 ans la bague de cette petite fille.

Pendant que nous regardons les photos, le soleil a fait son apparition. Ma mère a ouvert grand les fenêtres, la lumière inonde le salon. Qu’est-ce ça me fait du bien de voir cette lumière et le bleu du ciel.

Je sors sans manteau pour aller voir mon père et passer un peu de temps avant le couvre feu. Il fait doux, on sent comme une idée de printemps. Cette douceur me manque. Chez nous, les hivers sont trop longs, trop gris. Un tunnel infini de gris. Côté père aussi on ressort des photos anciennes. C’est la journée… Le ciel est magnifique ce soir. Devant la maison de mon père, le coucher de soleil colore le ciel et les quelques nuages prennent des couleurs blanches grises et roses.

Je suis contente de cette belle journée en famille avec le soleil. Le moral remonte tout de suite avec la lumière. Quand je ne travaillerai plus, je passerai plus de temps dans le sud l’hiver. Pour sa lumière.