La voix de Graine

Mardi froid et neigeux. La neige, ce sera demain sur Paris. Manque d’enthousiasme ce matin pour démarrer la journée. Je me lève tard. J’éteins la radio qui me saoule. Je me suis lancée dans un collage sur la rue. Deux fois que je décolle tout. Je veux du relief, mais je m’y prends mal. Faire, défaire, recommencer…J’appelle ma soeur aînée. Elle ne se fera pas vacciner. Peur qu’on lui injecte dans le bras un produit sans lui dire. Théorie du complot à sa manière. Pour ma part, je ne suis pas fan des vaccinations, mais il y a un temps pour tout. Je me ferais vacciner. Mon frère va avoir sa 2ième injection mardi prochain. Quand je le sortirais de son établissement la semaine d’après, je serais plus sereine.
Cet après-midi, je fais une grande balade pour m’aérer. Bien habillée, le froid est tout à fait supportable. Je descends jusqu’à Bastille. Au passage, je m’achète un tee-shirt. Je remonte par la coulée verte au dessus du viaduc des Arts. A côté des petits amas de neige – quelques flocons fins sont tombés ce matin – des bourgeons dans les buissons. Quelques fleurs écloses. Une rose. Le printemps est tout proche. Cette renaissance de la nature me fait du bien. Trop bien rangée la nature en ville. Vivement la campagne. Je fais un détour par la boutique de mon opticien. Il me redresse mes lunettes.

Pour rentrer chez moi, je traverse la Place de la Nation, ce qui est possible depuis son tout récent réaménagement. Au milieu de la place, il y a cette énorme statue qui représente le triomphe de la République – Marianne – debout sur un char tiré par deux lions, symboles de la force populaire, conduit par la Liberté éclairant la route. C’est bien le seul avantage de cette pandémie que de nous inciter à s’intéresser à ce qui est proche de chez nous.

Le thé, la séance de yoga…Mon collage n’est toujours pas terminé.

La voix de Lilie:

Reprise du télétravail après un week-end un peu prolongé. Le moral n’y est pas. Je suis lasse lasse lasse. Je ne me concentre pas. Je n’écoute pas en réunion. Le temps est maussade, comme moi. Extrêmement froid, peut-être comme moi aussi. Je n’ai plus goût à rien. Je manque de rires, d’inattendu, de surprises. Du sel de la vie. Donnez moi l’envie d’avoir envie.

Ce week-end, j’ai lu le livre de Cloe Delaume, le coeur synthétique, dont tu m’avais parlé Graine. C’est une belle image de ce que vivent les Graines au fil des décennies. Qu’y a-t-il finalement de plus important que cette amitié entre nous. Tout autour, on nous demande beaucoup, mais qui nous écoute vraiment ? Qui nous console sans juger ? Qui nous délivre de nos tourments ? Passe du baume sur nos plaies ? si ce n’est nos soeurs de cœur.

Maintenant je m’attelle à la lecture de « l’été où je suis devenue vieille », pas très enthousiasmant mais image de mon humeur du moment.

Ce soir nous avons miss poupette à dormir. Arrivée 17h ! Jeux, repas, dodo à 21h. Après 1h30, pleurs. On récupère une poupette qui estime avoir fait sa nuit ! Alors, re jeux, chansons douces, biberon dd nuit. Deuxième étape à 23h30… Croisons les doigts pour bien dormir 😴