Les copines à Trouville

Les copines à Trouville

La voix de Graine

Ce matin, nous bouclons les valises, vidons les poubelles, rangeons la vaisselle…Une fois nos bagages mis en dépôt à l’agence, à nous la plage de Trouville et ses planches. Ici, les bancs sont peints en bleu et portent le nom des artistes: peintres, écrivains qui ont fréquenté la côte fleurie et ses plages.
Je trouve le vent plus froid qu’hier? Est-ce réel ou juste moi? Gants, bonnet, écharpe, grosse polaire avec un coupe-vent par dessus, et masque bien sûr, je suis emmitouflée comme si j’étais aux sports d’hiver. Des photos, des photos et encore des photos. Aujourd’hui, je photographie les copines.
Le ciel est clair, moutonné de quelques nuages. D’un bleu plus pâle qu’hier. C’est marée haute ce matin. La 1ère fois que nous voyons la mer à marée haute.
Pique-nique dégusté sur un banc face à la mer. Pique-nique fait maison ce matin. Nous n’avons pas le temps de nous attarder. Après quelques rapides achats plaisir, nous nous dirigeons vers la gare.
L’escapade se termine. Au revoir la mer, au revoir les copines. Nous en avons bien profité. Nous avons pris l’air du large. Merci les copines.
Dès ce soir, nous reprenons, notre quotidien confiné!

La voix de Lilie

Le réveil sonne ce matin. Fini les reveils spontanés. Douche, petit dejeuner et bouclage des valises. Defaire les draps, rangement. Vider les poubelles. Aller chercher le pain pour ce midi et faire les sandwichs. A 10h il faut quitter notre jolie petite maison. Nous laissons les valises en garde et nous voilà reparties pour Trouville. Il y a un vent glacial ce matin, et un beau ciel bleu. La mer est haute et démontée. Le bruit des vagues. Le long de la promenade des photos d’il y a un siècle tout juste nous permettent de mesurer le changement de vie sur 100 ans. Nous déjeunons sur un banc près de la plage. Un café à emporter, quelques achats et nous revoilà à la gare. Déjà le retour.

Train. Rer. Et finie l’escapade. Retour au quotidien.

C’était une belle échappée. Des images plein la tête pour se tenir chaud. Jusqu’à la prochaine.


Les planches de Deauville

Les planches de Deauville

La voix de Lilie

Petit déjeuner, crêpes à la poêle. Course pieds nus sur la plage. Plat à emporter de restaurant mangé sur un banc en retrait du bord de mer à l’abri du vent. Grande promenade sur les planches, puis sur la plage. Il fait froid, le vent est plus léger qu’hier, le soleil est léger, pas de pluie aujourd’hui. Ramasser des fossiles, coquillages. Les mouettes qui se nourrissent à marée basse avec les coquillages que la mer a révélé. Bancs décorés par des peintres. On parle de nous, de sujets qui nous ont touché, construites ou deconstruites. Retour à l’appartement, fatiguées du plein air. Heureuses d’avoir marché ensemble. Apero. Repas, soirée. Déjà la fin du week-end, on commence à ranger.

Et si on allait voir la mer?

Et si on allait voir la mer?

La voix de Graine

Aujourd’hui, nous allons voir la mer. Il fait beau. Le ciel est clair.
Un premier départ pour un jogging à deux sur la plage. Pieds nus sur le sable mouillé. Nous ne sentons plus nos pieds. Une fois toute l’équipe prête, nous partons voir la mer. La mer, depuis la promenade, depuis la plage, avec le vent et l’air…Une pleine journée devant la mer à regarder le ciel, les oiseaux marins, les chevaux…Au bout de plage, près des falaises qui s’effritent, nous cherchons des ammanites, que nous ne trouvons pas. Qu’importe. La journée est belle. Nous profitons de tout. Nous jouons de nos ombres. Nous prenons des photos. Une graine tente un reportage. Nous marchons, nous parlons. Nous avalons la vie à grandes gaoulées iodées. Sur le retour, nous faisons la pause sur un banc dans un renfoncement décoré de petits carreaux émaillés façon hammam à côté des cabines de plages aux noms d’artistes américains. Nous prenons le temps de regarder une exposition photo abritée dans une petite cour intérieure. Nous rentrons saôulées. Il est presque 18 h.

A nous Trouville

A nous Trouville

La voix de Lilie

Levées. Petit dejeuner. Grand petit déjeuner. Ensemble, tranquilles. 3 graines. S’ecouter. Se soutenir. Deux heures plus tard.

Prêtes à partir pour le marché de Deauville. Tout petit. Alors ce sera Trouville et son marché aux poissons. Il fait froid, il y a du vent. Le ciel est tantôt bleu, tantôt gris, avec des giboulées. On se réchauffe en marchant. On commande un plateau de fruits de mer pour le soir. Puis on s’achète à manger sur le pouce pour le midi. Tous les restaurants sont fermés. Les dégustations dehors aussi. C’est triste. Du coup on s’abrite du vent pour déjeuner près de la plage. Un restaurant où nous avions mangé autrefois sert des crêpes et des cafés. Ce sera café pour nous. Puis une balade au bord de mer. La marée a charrié des monceaux de coquillages en tout genre. Il y a même des coquilles saint jacques vivantes. On passe d’averses en coup de vent et en soleil. Le temps passe. Nous sommes dehors depuis ce matin, sans s’assoir vraiment, à marcher et s’abriter de temps en temps. On se réchauffe dans les quelques magasins ouverts. On rentre en fin d’après-midi. Fatiguées par le grand air. Apéro, musique, repas. Tient, nous avons acheté un pont l’évêque au passage. Notre petit arrêt d’hier nous en a donné l’envie. Et toujours beaucoup de discussions animées. On regarde nos photos, notre photographe commente. On rit beaucoup.

La voix de Graines

Une journée copines où on parle, où on s’écoute, où on rit, où on vit côte à côte, chacune à notre rythme, mais en nous ajustant les unes aux autres. Une amitié qui fait chaud au coeur. Nous sommes des soeurs de coeur. Cette amitié est précieuse lorsque la houle des mauvais jours déferle sur l’une d’entre nous et la prive de ses repères.
Beaucoup de vent et de la pluie aussi. Il ne fait vraiment pas chaud. Les rues sont vides. Très peu de touristes.
Entre deux balades, je change l’écran de mon portable. J’en ai besoin. Je n’ai pas d’autre solution. Sur 4 graines, nous sommes 2 à avoir des problèmes de portable. Cet outil nous coûte cher mais il nous est devenu essentiel au quotidien: photos, itinéraires, mises en lien avec les autres, recherches et plein d’autres choses encore… Juste avant le couvre-feu, je sors avec toi Lilie faire quelques photos. Cela me manquait.

Le voyage et l’arrivée à…

Le voyage et l’arrivée à…

La voix de Lilie

Finir la valise tout en s’occupant des travaux de la sdb. Aller chercher le pain. Récupérer le chien, rentrer faire son sandwich. Depart pour la gare. Stress d’être à l’heure, on ne se refait pas.

Retrouver les filles une par une devant le quai et embarquer. Enfin nous y voilà. Le voyage commence. On a remonté tout le train pour trouver un carré à quatre. Repas et discussions endiablées. Bientôt l’arrivée. Le train s’arrête. On descend. On avance vers la sortie quand soudain l’une de nous se rend compte que l’on n’est pas du tout à la bonne gare. Pont l’évêque, comme dit la contrôleuse reunionnaise de sainte marie, il y a du bon fromage ! Elle nous tient la porte pour éviter que le train ne reparte sans nous. Ouf..

10mn plus tard, la gare de Deauville. Terminus du train. C’est la bonne cette fois ci

Nous trouvons sans problème la jolie maison louée. 4 chambres sur 2 étages. Quelques courses pour le soir plus un joli plateau de fruits de mer. Aller retour pour voir la mer et déjà le couvre feu.

Apéro champagne, repas. Et grandes discussions. Les jeux, la danse, le sport, ce sera pour demain.

La voix de Graine

Une échappée du confinement. Nous voici à la mer!
Ce matin, au réveil, mauvaise surprise, mon portable reste noir. Quel mauvais augure. Hier soir, il est tombé à plat sur l’écran…Une journée sans portable. Un avenir sans portable…
Pas le temps de s’attarder: Avertir les copines, finir de se préparer pour partir, acheter le pain, honorer mon RDV pédicure, et foncer à la gare. Pas de souci, nous sommes toutes bien à l’heure et le train aussi.
Dans le train, le papotage reprend ses droits. Un peu plus, nous passions le week-end à Pont l’évêque où nous sommes descendues sur le quai par erreur et distraction!
Ma copine me prête un portable. Mais, aïe, pas de mot de passe. Echec pour reconfigurer le portable à la boutique. Il est bloqué par l’entreprise. Un peu stressant une journée sans portable. Un test pour acter de ma dépendance.
Deauville, j’y suis venue plusieurs fois, avec mon mari, les enfants, ma copine. La mer, l’hippodrome, le festival du film américain…Deauville est bien vide aujourd’hui. Mais la mer est bien là, au loin au bout de cette immense plage, devant les cabines de bain aux noms d’acteur.
Des toasts avec des rillettes de la belle-îloise, du champagne, un plateau de fruits de mer magnifique et une longue soirée à parler de nous et des autres, de notre vie à venir, de nos projets….
Profiter de l’escapade, profiter du temps passé ensemble, qu’est ce qu’il y a de plus important?

10 septembre – Palerme

10 septembre – Palerme

Après avoir traversé des banlieues plus ou moins pauvres et tout aussi sales (c’est l’Italie du sud…) nous entrons par la porte principale qui arbore l’aigle, emblème de Palerme, symbole de liberté.
La ville est construite sur 4 fleuves, du coup il n’y a pas de metro.

Tout près de la porte s’élève le palais royal. Il abrite le 1er parlement du monde créé en 1130.

Plongeons dans le moyen âge de la sicile. Les plus grandes connaissances du monde se sont développées en Sicile et ont été conservées à Palerme par frederic 2, petit fils du fondateur normand. (nord man, l’homme du nord, le français).

Les monuments ont été construits par les arabes qui connaissaient l’architecture et adapté par les diverses conquérants suivants. Du coup on trouve des églises en forme de mosquées. La Sicile a été sous 13 dominations différentes. Il est plus rapide de dire qui n’est pas venu !

En prenant la rue principale qui part de la porte et descend jusqu’à la mer, nous arrivons devant la cathédrale qui abrite les reliques de Sainte Rosalie patronne de Palerme. Mosquée déguisée en église. Une maxime gravée sur cette église: opebus credite (si je me souviens bien) qui veut dire: ce que vous faites est plus important que ce que vous dites. Nos ancêtres avaient déjà tout compris, et notre époque l’oublie trop souvent… Dans ce style, les policiers sans masques, parlent entre eux où aux passants dans les voitures. Masque obligatoire ?

Poursuivons le corso principale avec un arrêt pour déguster un jus d’oranges et grenades pressées. On arrive à la place di quatro canti, quatre quartiers ou place du soleil. Croisement de routes avec des statues et une fontaine dans chaque coin. Elles représentent les 4 saisons, les 4 fleuves (par les 4 fontainesl, les 4 saints, dont sainte Rosalie.

Partant à droite, un peu plus loin, la fontaine du prestoria surtout appelée place de la honte. Parce qu’elle est entourée de statues nues alors qu’elle se trouve devant un couvent: que vergogna, quelle honte ! Ou aussi parce que tant d’argent dépensé alors que Palerme en avait besoin.

Derrière, plusieurs eglises, couvents avec des coupoles arabes.

Quittons les monuments pour découvrir la Palerme d’aujourd’hui. Des petites ruelles tortueuses qui débouchent sur des placettes où les habitants se parlent de balcon à balcon ou de balcon à la rue ou la place. Des échoppes dans les ruelles, des magasins de souvenir et des marchés. Beaucoup de mouvement, de vie, de voies. Les murs jaunâtres, les volets verts, la saleté par terre, partout.

Quittons ce quartier pour nous diriger vers le théâtre massimo. Comme son nom l’indique, le plus grand, le premier. En réalité le 3ème d’europe, mais le premier climatisé dans les années 1800 par un système de courants d’air. Magnique batiment, construit après avoir rasé tout le quartier !

Il est temps de repartir de Palerme et de rentrer à l’hôtel, profiter de la plage, de la mer et des terrasses pour y prendre un petit verre.



9 septembre – Les iles éoliennes.

9 septembre – Les iles éoliennes.

Lever de soleil ce matin depuis l’hôtel. Ces vacances me font lever plus tôt que le travail ! Mais quel beau spectacle. Rare pour moi qui suit une lève tard.

Après une journée route hier, se sera une journée bateau aujourd’hui.

Les iles sont des volcans soudés entre eux. Les
Iles eoliennes, ont été créée par des grecs. Ils produisaient des câpres. Chez nous, on mange le bouton. Ici ils mangent aussi le fruit (qui pousse après la fleur si on laisse eclore le bouton) et qui ressemble à un concombre avec une tige. En salade, ou au vinaigre. Plus délicat que le bouton.

L’homme des cavernes, lui, faisait des couteaux avec de la lave. Il faut 4 à 5 ans pour que la lave refroidisse. Si elle refroidit trop vite, les gaz sortent, la pierre devient blanche: c’est la pierre ponce. Sur l’ile, elle est protégée, on ne peut plus l’extraire. 1/4 de l’ile est en pierre ponce. Le reste en oxydiène, noire, coupante. On en fait des couteaux, des pointes de lances.

A Milazzo, nous embarquons dans une Navette vers Lipari, 1ère des îles eoliennes. 1h de traversée . Il fait très chaud déjà, 26 degrés. Pourtant il est à peine 9h. On se met à l’ombre à l’arrière du bateau. Je me suis mise le nez au vent pour regarder l’ile qui se dessine au loin. C’est reposant, le tangage du bateau, le bruit de l’eau et de l’écume et aussi celui du moteur… . Le ciel la mer la terre au loin. Je médite. Sur ma vie… Lipari la plus grande des iles éoliennes, la plus habitée et certainement la plus jolie.

On croise à notre droite l’île de Stromboli dans la brume. C’est une des plus petites iles, on ne peut pas y aller car le volcan est toujours actif. A gauche en avant, Vulcano, nous irons après. Tout au fond, la dernière des éoliennes, Saline.

A ce qu’il paraît, des policiers se déguisent en touristes à l’arrivée des bateaux pour prendre des photos témoins des personnes sans masque. Et sans masque 400e d’amende. Ça ne lésine pas en Italie… On n’a rien remarqué et vu beaucoup de personnes sans masque….

Depuis le bateau on aperçoit la coulée blanche de pierre ponce.
La navette nous débarque à Lipari, sur la plage où était arrivé Ulysse.

Lipari se visite en peu de temps, comme toutes les eoliennes elle est petite et se concentre autour du port. Il y a une belle citadelle en haut avec de grandes terrasses panoramiques.

On se faufile un peu dans les ruelles pour éviter la voie centrale et ses boutiques de souvenirs. Par erreur, je voulais un granité citron, j’essaie la spécialité du coin, sorte de jus de citron salé. Pouah, je n’y reviendrai pas !

Après une heure de visite et pas mal de photos, retour sur le bateau, direction Vulcano. 10mn entre les 2 îles.

Vulcano est formée par 3 volcan. Dont un qui s’appelle la forge. L’histoire raconte que lorsque le forgeron tape sa forge, on voit de loin les étincelles. L’histoire ne dit pas qu’elle pièce a été usinée ! Et ne dit pas non plus l’odeur nauséabonde de soufre qui se dégage des collines. Là, le masque est bienvenue, plus un gilet devant le nez ! À l’endroit où l’odeur est presque la plus forte, il y a une pizzeria….. Seuls les autochtones doivent avoir le cœur d’y manger !

De nôtre côté, nous mangeons plus loin de cette odeur. Un plat de pâtes typiques de l’île : câpres et olives. Je déteste les câpres et pourtant ici, je trouve délicieuses leurs toutes petites câpres, à peine plus grosses que des lentilles.

On vient à Vulcano essentiellement pour ses bains de boue sulfureuse (fermés en ce moment) et ses eaux bouillonnantes. Dans l’eau de mer s’échappent ça et là des chapelets de petites bulles. Cela crée des courants d’eaux chaudes. Au milieu de l’eau, il y a même un gros jet d’eau chaude qui remonte à la surface. Comme un jacuzzi naturel. L’eau est très soufrée, vert pâle à certains endroits.

Je décide de prendre un bain pour profiter de cette curiosité. Au moment de mettre mon maillot de bain, je m’aperçois que j’ai pris 2 bas de maillot, pas de haut !!! et pas de topless en Sicile (en tout cas, pas vu) qu’à cela ne tienne, je me baigne avec mon tee shirt. Juste qu’à la sortie de l’eau, je fais un peu miss tee shirt mouillé !!! Voilà donc une baignade mémorable en tout point de vue !

Avant de repartir vers Milazzo, le bateau effectue un tour de l’île pour nous montrer quelques beautés de la nature. La Grotte de pégase (j’ai eu beau regarder je n’ai pas vu le cheval, encore moins les ailes !), bassins, falaises, rocher du lion (là j’ai bien vu le lion !) , colonne.

On peut même voir les niveaux de roches soulevées par les poussées suivantes.

Encore une journée bien remplie…

8 septembre – L’Etna – Taormine

8 septembre – L’Etna – Taormine

L’excursion du jour nous conduit vers l’Etna. Le temps d’approche est assez long car nous sommes quasiment à l’opposé de l’île. Du temps pour notre guide, Mario, pour nous raconter des anecdotes sur la sicile. A savoir, quelques morceaux choisis: le nom de la déesse de la mer et de la terre, Desmeter, que les citronniers ici donnent 4 frutaisons, la dernière ne murissant pas fait ce que l’on appelle lime. Il y a de très nombreuses variétés de citron, l’une d’entre elle donne des citrons très gros, comme des melons allongés. D’autres sont sucrés ou acides ou amers, il y en a pour toutes les recettes. Dont les spaghetti aux citrons qui sont à tomber (les filles) aux dires de Mario !

On retraverse les champs de pistachiers, qui sont en réalité des orangers de petite taille !

Est-ce que vous saviez que l’on trouve les 3 volcans vesuve, stromboli et etna sur le même méridien ? Ce méridien, 25ème, grindwitch, je vérifierai ! Est aussi appelé faille volcanique, ou tunnel de lave.

L’etna ne fait pas partie de la Sicile. Non, non. La sicile faisait un golfe autrefois, et soudainement, du fond des mers a jailli le volcan. Et d’éruptions en éruptions, les coulées se sont agglutinées aux terres de la sicile. Il n’y a pas de terre, seulement de la lave. Maintenant, c’est la partie la plus habitée de l’île car la plus fertile.

Nous sommes partis très tôt ce matin car dès midi le volcan se couvre et adieu les photos. Pour notre venue, il est déjà couvert…. Pas d’image d’Épinal pour nous ! Heureusement il est très haut, 3300m, bien au dessus des nuages. Depuis le parking à 1900m, nous prenons le téléphérique puis une navette qui nous emmènent à 3000m. De là, on peut admirer une des 4 bouches de l’etna, toujours en activité. Des fumeroles blanches de vapeur d’eau 85% et jaunâtre de soufre. Légèrement plus bas, la petite bouche de l’éruption de cet été fume encore. Si le temps est beau (gloups) on peut voir la vallée en bas et la mer….😱.

Après cette première partie de journée, cap sur Taormine. En descendant la route de l’etna nous rencontrons la pluie. Les nuages s’accrochent à lui comme pour rivaliser avec son panache de fumeroles !

Bien heuresement il fait très beau à Taormine, et même très chaud. Son nom lui vient de sa situation géographique entre 2 collines qui forment comme 2 cornes de taureaux. La ville surplombe la mer de 200m. Depuis la place principale, il y a une vue magnifique. La rue principale est bordée de magasins de luxe. Et aussi d’un bon glacier ! De chaque côté partent des vicoli, petites ruelles ombragées. L’une d’elle conduit au jardin de la villa municipale. Un havre de fraîcheur, un panorama sur la mer et l’anse de Taormine. Ça me rappelle la vue sur la promenade des anglais à nice, vu du chateau. Sauf qu’en bas la promenade c’est la voie de chemin de fer ! Dans Taormine, le plus connu est le théâtre antique qui offre cette même vue depuis le haut de ses gradins. Mais, nous, pas envie de le faire ! Entrée payante, beaucoup de monde, peu de chose à voir… Et on a vu celui de Pollina, alors !

La journée est passée, la route est longue pour rentrer. Le retour se fera par le haut pour passer par Messine (sans pêcher la sardine) et le détroit, 3km de large, qui sépare la Sicile de la calabre – pied de la botte.

Une journée bien remplie, des souvenirs plein les yeux. Et de beaux rêves en perspective.

7 septembre – Gorges de Tiberio – Pollina

7 septembre – Gorges de Tiberio – Pollina

Ce matin nous partons pour les gorges de Tiberio. Présentées comme une promenade en barque sur des eaux limpides et baignade dans des baignoires naturelles. La réalité est moins paradisiaque… La chaleur de l’été a asséché la rivière.. Il ne reste qu’un fond d’eau assez saumâtre, noire dans les gorges et verte ailleurs. Les baignoires sont devenues lavabo ! Y aller, oui, au printemps, ce doit être magnifique. Personnellement, j’ai eu l’impression d’être au bord de l’Ardèche, en fin d’été. Heureusement, le trajet était sympatique à travers les collines et la balade en bateau gonflable avec charlotte, casque et masque, amusante. Chat échaudé craint l’eau froide, pour ceux qui ont fait le voyage à la Réunion avec moi, je me suis équipée d’une pochette téléphone étanche ! Ce fut tout de même une sortie agréable.

L’après-midi, c’est décidé : cap sur Pollina qui nous nargue du haut de la colline. Un petit travail d’étude des transports en commun du coin et nous voilà partis à pied pour Finale où devrait…. passer un bus pour Pollina. Internet prévoit 14h20, aucune indication sur l’arrêt de bus, les gens du coin nous disent 15h. Bah, attendons. Finalement le voilà à 14h20 ! Bravo Internet. Nous sommes fiers de la réussite de notre entreprise ! A nous Pollina.

Le chauffeur du bus prend soin de nous, il nois prévient quand descendre et nous donne l’heure de rendez-vous pour le retour.

Une vue à couper le souffle. Des ruelles pavées qui mènent tout en haut à un théâtre antique qui domine la vallée des collines. De l’autre côté de la ville, des escaliers qui surplombent la mer. C’est un village perché comme il y en a beaucoup en Sicile. Nous n’aurons peut-être pas l’occasion d’en voir d’autre alors ça valait le coup d’y monter.

Le bus nous redescend à l’heure convenue et nous dépose tout près de l’hôtel pour nous eviter le retour depuis finale. Trop sympa ce chauffeur.

Maintenant, quand je regarde Pollina depuis notre hôtel, je n’ai plus cette frustration de la voir si près sans pouvoir l’atteindre. Je revois la vue, les ruelles et je lui souris. La nuit elle scintille de mille lumières en haut de sa colline. Clin d’oeil, bonsoir.

6 septembre – journée farniente

6 septembre – journée farniente

Au départ il était question de louer une voiture pour aller visiter les villages alentour. Seulement voilà, il n’y a pas de voiture… A 7km au dessus de nous, le magnifique village perché de Pollina nous nargue. Impossible d’y aller. A pied, trop pentu et 7km aller, pas de bus, encore moins de train. Le staff de l’hotel, pourtant là depuis des années ne sait pas nous indiquer comment prendre un bus ou un train. Rien n’est prévu pour renseigner les personnes qui sortent de la norme « je reste à l’hôtel » ou « je fais les excursions de l’hôtel ».

Bien, ce sera donc une journée farniente. Mer, piscine, soleil, il y a pire comme punition ! Nous avons trouvé un petit restaurant au calme pour manger le midi. Pris nos marques dans ce complexe de vacances trop bruyant pour nous. La piscine, inabordable, trop de familles, de cris, pas de transat libre. Ce sera la mer, son sable noir volcanique, ses parasols tranquilles. Et une promenade dans les hauteurs pour se dégourdir les jambes.

L’Italie a cela de bien, que sans voiture on ne peut rien faire, avec, on ne sait jamais où la garer et elle est interdite dans la plupart des villes touristiques !

Une journée sans programme, pour nous qui ne savons pas nous arrêter. Une journée pour faire tomber la pression, pour s’ennuyer. Une journée pourtant qui a passé bien vite.

5 septembre – Cefalù

5 septembre – Cefalù

Le petit village à côté de l’hôtel s’appelle Finale. On peut y aller à pied en empruntant une ancienne route reconvertie en voie verte. Masque sur le nez, nous visitons. Finale domine la falaise et offre donc de jolis points de vue. En dehors de ça, c’est un village tout simple, avec son ancienne tour de guet et ses vieux sur un banc à l’ombre !

Bref, tout ça pour dire que Cefalù nous y allons l’après-midi. En plus des affaires habituelles, ne pas oublier de prendre son masque. Visiter une ville hyper touristique avec un masque par 30 degrés, n’est pas chose facile. On étouffe vite…. Cefalù est une très jolie ville du moyen âge, construite sous le rocher en forme de tête (céphale) qui servait de repère au marins. On ne s’y perd pas, ses ruelles sont tracées en perpendiculaire ; soit elles montent vers la cathédrale (nord sud) soit elles amènent vers la mer (est ouest). Il y a dans la ville un antique lavoir très particulier et bien entendu, une cathédrale. Construite par les byzantins comme une mosquée, puis adaptée par ces mêmes constructeurs pour faire plaisir à chaque religion. L’époque était plus tolérante que la notre… La grande rue qui descend vers la mer débouche sur une porte donnant sur la plage. Il y a une vie grouillante sur cette plage et dans l’eau. Les enfants et les jeunes, sautent, plongent, crient. C’est l’Italie. Tout le monde parle fort. On remonte par une autre rue en mangeant une glace (c’est l’Italie tout de même), le masque à la main.

4 septembre – Envol vers la Sicile

4 septembre – Envol vers la Sicile

Jusqu’au dernier jour ce voyage pouvait être annulé. Et ça y est, nous partons mon homme et moi. Il est très tôt ce matin, les valises sont bouclées, les masques dans le sac. C’est notre 1er voyage covid à l’étranger. Et la Sicile, c’est l’Italie. Et l’Italie a pris cher au printemps. Restons sereins, les vacances, le soleil vont nous faire du bien. Et on sera prudents… Alors, allons, y. Comme si de rien n’était, ou presque ! Il fait beau ce matin, on profite du lever 🌅 de soleil en roulant vers l’aéroport, les couleurs du ciel sont magnifiques. 1ère prise de température avant l’enregistrement. Très dérangeant qu’une personne vise votre front avec un pistolet … Il fait si clair aujourd’hui que l’on peut suivre le trajet de l’avion tout le long du voyage. Le plan de vol nous fait passer tout près de chez moi. Je distingue Bollène au loin, la vallée du Rhône et le mont ventoux qui se détache, majestueux. Puis il est temps d’obliquer vers nice, la corse, et enfin la Sicile qui se profile sous nos ailes. Le stromboli, l’etna. L’avion traverse la sicile nord sud. A l’arrivée à Catane, l’etna impose sa majesté dès le tarmack. 2ème prise de température. L’été est là aussi. Maintenant, nous allons refaire en bus la traversée sud nord ! L’occasion de regarder le paysage de l’intérieur de l’ile. D’abord les champs de pistachiers (enfin je suppose, j’ai lu que c’est la spécialité du coin et il y a des champs à perte de vue !), puis des terres vallonnées jaunies de la sécheresse de l’été. Pas un point de verdure, du jaune à perte de vue. Au loin les montagnes. La végétation change quand on les traverse.Elle devient plus fournie, les arbres plus hauts, plus verts. Enfin, la mer se découvre devant nous. D’un bleu profond, des terres rouges et noires de volcan. La côte est fantastique. Des falaises, une eau translucide avec un panaché de couleurs allant du vert au bleu sombre.

Enfin, nous sommes arrivés. 3ème prise de température. nous pouvons enlever nos masques, découvrir nôtre hôtel et prendre un bain de mer.

Aujourd’hui, une certitude, je n’ai pas de fièvre 🤒.

Il est des rêves d’évasion

Entre un projet et sa réalisation, il y a toujours un monde. Le vocabulaire employé dans les projets ressemble au suivi d’un chemin. Démarrer, conduire, avancer, suivre, semé d’embuches, droit devant, pas à pas, aventureux, voir la ligne d’arrivée. Encore mieux, lorsque le projet est de partir sur un chemin.

L’idée est venue il y a déjà quelques années lors d’un voyage au Puy en Velay. Cette ville est fantastique, animée, agréable, vivante, envoutante. Au détour d’un village, j’ai croisé le chemin. Tout de suite, l’envie de randonner dans ces paysages magnifiques s’est imposée à moi. Je le ferai un jour avec Graine.

Ce jour, on le prévoit, on le fait émerger, on le cale. Ça y est, ce jour ce sera le 8 mai 2020. Il reste 2 mois pour s’entrainer, rassembler les informations et le matériel. Graine a l’expérience de Saint Jacques, elle est de bon conseil.

On parle d’un nouveau virus aux informations.

J’ai acheté une carte topographique et le livre de Stevenson.

Une ville en chine est entièrement confinée.

Espérons que la météo sera avec nous.

Je suis au chapitre 2 du livre. Le confinement est décrété en France. Il reste 6 semaines avant le départ, ça devrait aller.

Stevenson avance avec son âne, ou plutôt l’ânesse décide du chemin pour Stevenson. J’avance avec eux dans les chapitres.

Des règles strictes de sortie avec autorisation sont édictées.

Je suis plongée dans une randonnée au siècle dernier. Plus j’avance dans le livre, plus je sens le chemin s’éloigner. C’est l’anesse Modestine qui décide.

Nous pourrons sortir le 11 mai, pas plus de 100km.

J’ai fini le livre, rangé la carte. On recalera une date. Décidément Modestine ne veut pas démarrer.

Aujourd’hui, premier jour de sortie, nous sommes à Monastier. Prêtes à partir.

Le 8 mai, 2021 ?

Du pays des sucs – Le retour à Paris

L’étrangeté du retour. Nous étions ailleurs. Nous rentrons pour réintégrer le quotidien: la famille – enfants, petits-enfants, les activités de loisirs: arts plastiques, jogging …, les activités sociales: créneau aux 400 coops permanence aux Amis de St Jacques, bénévolat à l’Aire mots, garde de ma petite fille, les tâches ménagères: cuisine, courses, repassage, ménage… Sas entre l’ailleurs et le quotidien: le voyage: voiture, train, avion. Un entre-deux. Nous ne sommes plus dans l’ailleurs , pas encore dans le quotidien. Peu à peu, se dessinent les contours du quotidien tandis que s’estompent les paysages de l’ailleurs Ranger dans la case souvenirs ce qui a été agréable. Oublier le reste. Mettre dans la to do list le tri des photos…

La montée vers Cilaos

Après la cérémonie des offrandes au temple tamoul de Bras Panon, nous montons vers Cilaos

Le temps est couvert…

Au dessus de l’église Notre dame des Neiges, nous nous dirigeons vers les thermes…

Malgré l’heure tardive, l’envie de marcher…

Randonnée vers la Roche Merveilleuse

 

 

Premier jour à la Réunion

A notre arrivée hier soir, les premières babouks…

Elles étaient venues nous accueillir. Nous: les copines – avec les conjoints. 7 personnes avec les conjoints. Et avec nos hôtes, nous sommes 9.

Le petit punch a permis de digérer cette première rencontre imprévue…

Aujourd’hui, nous restons à Ste Suzanne

 

La Cascade Niagara. Grandiose. Il a fait mauvais ces derniers jours. Nous ne pouvons pas nous baigner.